Reappearing man…

Bien que l’histoire précédente se terminait sur une note amère mais conclusive, le sans-abri en a décidé autrement et est revenu. Après plusieurs jours d’absence il a réapparu et s’est posté à l’exact même endroit. Il y a reconstruit sa maison de cartons. Il avait de gros sacs blancs lorsque je l’ai aperçu et je pense qu’il a dû être aidé par le samu social et qu’il l’ont emmené dans un foyer. Mais il est revenu au point de départ. Au coin de cette rue quelconque, aux abords d’un boulevard bruyant. Les raisons qui le poussent à choisir cet espace de vie avec autant de conviction me bouleversent sans pourant que je les connaisse. J’imagine simplement qu’il a decidé qu’il fera de ce morceau de trottoir, son unique foyer. Que c’est ici et pas ailleurs. Que c’est son chez lui et pas celui d’un autre. Il est rentré à la maison. A moi maintenant de retenter une approche…

J’ai passé une très bonne soirée chez Mat, ça m’a fait beaucoup de bien de sortir un peu de Paris. Je commençais à oublier à quoi ressemblait un champ ou la lisière d’une forêt. Gin arrive dans quelques jours. Je ne fais que penser à ça, quand je me lève, quand je mange, quand je travaille. C’est une obsession assez terrible car à mesure que le moment de son arrivée approche la torture de l’attente se fait plus douloureuse.

Je continue l’envoi de mes dossiers. Une boîte de production m’a renvoyé tout un dossier complet (incluant même la lettre qui leur était adressé !) sans un mot d’explication. Ca fait moyennement plaisir mais bon je préfère des réponses négatives qu’un silence insupportable. Comme toujours je garde espoir. Et c’est bien connu, l’espoir fait vivre.

 

Laisser un commentaire